Loi sur le travail: notre dossier

La loi sur le travail divise aussi les patrons

Si les syndicats de salariés se divisent à propos de la future loi sur le travail, les organisations patronales ne sont pas en reste. Un article glissé dans le texte, remettant en cause les règles de calcul de la représentativité des employeurs, a mis le feu aux poudres. Sur le fond aussi, les désaccords sont profonds.

Mathilde Goanec

14 mars 2016 à 09h12

La lecture des articles est réservée aux abonné·e·s. Se connecter

« Dans ce texte, il y a un loup à chaque page », plaisantait il y a deux semaines Jean-Claude Mailly à la lecture de l’avant-projet de la loi sur le travail. Une partie des organisations patronales pourrait bien être d’accord avec lui. Illustration au détour de l’article numéro 20 de la loi, qui change rien de moins que les règles de calcul de la représentativité patronale en France. À la lecture du texte, qui a fuité dans la presse en février, les représentants des « petits » patrons, tels que l’Union de l’artisanat (UPA), l’Union des libéraux (UNAPL) ou encore les entreprises de l’économie sociale et solidaire (UDES) ont crié à la trahison. « J’en ai tellement marre de ces arrangements entre amis », s’énervait ainsi Patrick Liébus, vice-président de l’UPA et chef de file des artisans du bâtiment (CAPEB), fin février. Le gouvernement, le Medef et la CGPME se sont mis d’accord dans notre dos, en s’asseyant carrément sur la loi Sapin. »

Abonnement mediapart

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

À ne pas manquer

Discriminations — Enquête
Au tribunal, la FFF est accusée de discriminer des femmes
Neuf femmes accusent la Fédération française de football de les avoir licenciées en raison de leur sexe ou de leur orientation sexuelle. Mediapart a recueilli de nombreux témoignages mettant en cause le management de la FFF. Son président Noël Le Graët jure qu’il « n’y a pas d’atmosphère sexiste à la FFF ».
par Lénaïg Bredoux, Ilyes Ramdani et Antton Rouget
France — Enquête
Le « Monsieur sécurité » du groupe LVMH écope de neuf mises en examen
Atteinte à la vie privée, trafic d’influence, violation du secret professionnel... : l’actuel directeur de la protection des actifs et des personnes de la multinationale, Laurent Marcadier, est mis en cause par la justice dans l’affaire Squarcini. Il dément « catégoriquement » tous les faits.
par Fabrice Arfi
Dossier. L’affaire Tapie
Affaire Tapie : radiographie d’une escroquerie au cœur de l’État
Mediapart publie l’intégralité de l'arrêt de la cour d’appel de Paris qui décrypte la mécanique de l’escroquerie ayant permis à Bernard Tapie d’empocher frauduleusement 403 millions d’euros. Les magistrats résument le scandale d’une formule choc : « Les intérêts de M. Tapie étaient pris en considération au plus haut niveau de l’État. »
par Laurent Mauduit
Politique
Gauches : comment reprendre la main pour 2022 ?
Échaudées par les tentatives ratées de « triangulation » dans leurs propres rangs, et encouragées par l’actualité, les gauches recentrent leur discours sur le social. Mais se faire entendre reste une gageure dans un paysage médiatico-politique saturé par les thématiques identitaires.
par Mathilde Goanec et Pauline Graulle

Nos émissions

À l'air libre
par à l’air libre
Grand entretien
par Fabien Escalona et Romaric Godin
Ouvrez l’Élysée
par Usul et Ostpolitik