À Douai, la vaccination «coup de poing» du week-end électrise mais épuise les équipes

Par

À Douai, pour la deuxième opération « coup de poing » prévue sur un week-end, les professionnels de santé libéraux, à la manœuvre, n’ont été informés que vendredi des doses livrées par une administration sous très forte pression. Pour que les rendez-vous soient attribués aux plus fragiles, ils ont décidé de reprendre la main sur l’application Doctolib.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Douai (Nord).– Dans la salle d’Anchin de Douai, briquettes rouges et plafond sculpté, les candidats à la vaccination patientent : beaucoup de personnes âgées valides et invalides, des plus jeunes éligibles à la vaccination en raison de leur travail ou de leur maladie. Albert Villette, 93 ans, attend 15 minutes sur un brancard, avant d’être reconduit chez lui par deux ambulanciers. Il montre sa prothèse de jambe : « Elle est usée, je suis trop vieux pour qu’elle soit changée. » Il vient de recevoir la première injection du vaccin Pfizer.