La loi Macron remet au goût du jour le conflit d'intérêts

Par

La loi Macron veut donner la possibilité aux experts-comptables d'avoir des activités de conseil juridique, au risque de créer des situations structurelles de conflit d’intérêts. Les leçons d’Enron ont été oubliées.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Volontairement opaque et fourre-tout pour que personne ne puisse en appréhender la portée, la loi Macron n’a pas fini de nous réserver des surprises. Tandis que les députés et l’opinion se focalisent, à juste titre, sur les dispositions importantes de l’ouverture le dimanche, la réforme prud’homale et la libéralisation des autocars, d’autres mesures sont en train d’être adoptées en toute discrétion, bousculant des pans entiers du monde des affaires et du droit. Il en va ainsi des textes qui élargissent les missions des experts-comptables, les autorisant à l’avenir à réaliser des actes juridiques et de conseil.