Primaire à droite: les jeunes sont les oubliés des programmes des candidats

Par

Les candidats à la primaire de novembre communiquent à l’excès sur les jeunes qui les entourent. Mais au-delà des selfies et des formules creuses, la jeunesse ne semble susciter que très peu d’intérêt à droite, comme en témoignent les différents programmes des ambitieux de 2017. Car ce sont les plus de 65 ans qui domineront largement l'électorat de la primaire.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les mots sont flatteurs, mais rarement suivis d’engagements concrets. À chaque fois qu’ils parlent de la jeunesse française, les candidats à la primaire de la droite et du centre sortent la brosse à reluire. Ils vantent sa « richesse », son « dynamisme » et son incroyable « nécessité ». Aiment à rappeler que « la France a des atouts formidables, notamment sa jeunesse » (Alain Juppé). Disent préférer « une jeunesse qui ose en risquant qu’une jeunesse qui regrette de ne pas avoir su saisir l’occasion » (Nicolas Sarkozy). Exhortent les jeunes à être « audacieux » (Bruno Le Maire). Et mettent en avant leurs propres années de « rebelle » (François Fillon).