L’affaire « Légendes » : dans la ligne de mire de la « task force » Dagomar

Par

À l’insu de la DGSE, un militaire du service recrutait ses frères d’armes en vue de réaliser, moyennant finances, des homicides. On découvre alors que certains militaires envisagent le meurtre comme un ascenseur social. Troisième épisode de notre série d’été.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Une porte déverrouillée à l’extrémité d’un couloir au premier étage du bâtiment. Une chambrée qui ressemble à toutes les autres à Cercottes, une des trois bases accueillant le service action de la DGSE. Quatre lits surmontés d’armoires-ponts, un canapé, un bureau.