L’agence du médicament «déstabilisée» par l’enquête de Mediapart

Par

Pour Dominique Martin, le directeur général de l’Agence nationale du médicament et des produits de santé, le but de notre enquête sur l’essai clinique fatal de Rennes n’est pas de chercher à faire la lumière sur les circonstances qui ont conduit à la mort d’un volontaire sain, mais de « déstabiliser » l’ANSM.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Pour Dominique Martin, le directeur général de l’Agence nationale du médicament et des produits de santé, le but de notre enquête sur l’essai clinique fatal de Rennes n’est pas de chercher à faire la lumière sur les circonstances qui ont conduit à la mort d’un volontaire sain, mais de « déstabiliser » l’ANSM. Il l’a écrit dans un message aux équipes de l’ANSM, diffusé mardi 11 octobre, au lendemain de la parution de notre article où il était établi que l’agence avait modifié, en l’édulcorant, un rapport qui montrait qu’elle avait négligé une alerte cruciale au moment d’autoriser l’essai.