Le mystère des classes d’accueil vides pour les élèves étrangers

Par

Plusieurs dizaines d’élèves allophones n’ont toujours pas été affectés dans les classes qui leur sont destinées. Résultat : des professeurs se retrouvent face à des classes quasiment vides. En cause, les délais d’affectation empêchant ces enfants d’être scolarisés. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Depuis la rentrée, un phénomène curieux se produit dans plusieurs salles de classes d’accueil d’élèves allophones en Seine-Saint-Denis. Elles sont presque vides. D’ordinaire, les enseignants se plaignent de sureffectifs mais depuis un mois et demi, ceux-ci se retrouvent à faire cours devant un, deux ou trois élèves au lieu de la vingtaine habituelle. Pourtant, les élèves qui devraient être scolarisés existent bel et bien.