Thierry Solère, boulet de la République en marche

Par

Les dernières révélations du Canard enchaîné et les soupçons qui se multiplient à l’encontre de Thierry Solère embarrassent visiblement nombre de militants et d’élus LREM. Mais les statuts et l’histoire d’En Marche! laissent penser qu’aucune décision ne sera prise avant que la justice se soit prononcée. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

À La République en marche, la trajectoire de Thierry Solère commence à ressembler à celle d'une météorite. Après avoir été viré de son parti – Les Républicains – pour avoir créé son propre groupe à l’Assemblée – Les Constructifs –, il avait trouvé refuge à En Marche!. Une fois rejoint le groupe majoritaire à l’Assemblée, il s’était accroché comme un forcené à son poste de questeur, qui revenait de droit à un groupe d’opposition, avant de céder face à la pression populaire. Maintenant qu’il vient à peine de prendre ses quartiers dans sa nouvelle famille politique, c’est celle-ci qui menace de le mettre dehors après les révélations du Canard enchaîné (13/12) : Thierry Solère aurait été tuyauté par Jean-Jacques Urvoas, ancien garde des Sceaux socialiste, sur une enquête judiciaire qui le vise (lire ici).