Procès de la mort de Bentounsi: le policier sur la défensive

Par

Le policier qui a tué Amine Bentounsi en 2012 à Noisy-le-Sec plaide toujours la légitime défense. Mais devant la cour d'assises de Bobigny, arc-bouté sur sa position, il évacue toutes les questions gênantes. Sa personnalité intransigeante et ses pleurs irrépressibles dessinent un personnage complexe à la fiabilité incertaine.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Tous les jours, Damien Saboundjian pleure. C’est souvent étouffé. Mais parfois très sonore et très long au point de provoquer une suspension d’audience. La répétition n’y fait rien : cela surprend à tous coups. Peut-être parce qu’on n’imagine pas un colosse dans son genre (1,89 m, 107 kilos) craquer de la sorte. Mais surtout parce que ce sont les seuls moments où ce policier, jugé pour avoir tué en 2012 d’une balle dans le dos un homme qui prenait la fuite, semble fendre l’armure. Semble seulement.