Les «accommodements raisonnables» du rabbin Haïm Korsia

Par
Présenté par le Point.fr comme un proche de Nicolas Sarkozy qui se serait servi de son «entregent» pour organiser la mise en place de sessions parallèles aux concours pour certains étudiants juifs, le rabbin Haïm Korsia dément.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Quelques heures après la révélation par Mediapart du projet préparé à l'instigation de l'Elysée, visant à organiser deux séances de nuit, les 20 et 26 avril, réservées à quelques étudiants juifs voulant passer les concours d'admission aux grandes écoles d'ingénieurs (écoles des Mines, des Ponts, Centrale, Supélec), Le Point.fr publiait un article expliquant l'implication de rabbin Haïm Korsia dans la mise en place de ce dispositif. La journaliste Marie-Sandrine Sgherri y écrivait: «La semaine dernière, une source dans le milieu des grandes écoles avait alerté Le Point.fr de pressions qu'elle subissait pour organiser une telle session d'épreuves. Contrairement à ce qu'affirme Mediapart, la demande émanait bien de la communauté juive. Le rabbin Haïm Korsia, (...) proche de Nicolas Sarkozy, a utilisé son entregent pour faire avancer sa cause.» Des affirmations jugées «stupéfiantes» par l'intéressé qui a confié à Mediapart «avoir vu Nicolas Sarkozy deux fois dans sa vie», avant d'ajouter: «Je n'ai aucun contact avec le président et je ne l'ai certainement pas appelé.»