Pédophilie: une nouvelle affaire menace le cardinal Barbarin

Par Daphné Gastaldi, Mathieu Martiniere et Mathieu Périsse

À Lyon puis à Montauban, où il avait été éloigné, les autorités diocésaines ont été alertées dès 2002 puis les années suivantes de la dangerosité pour les jeunes du père D., sans jamais alerter la justice. Or, entre 2005 et 2009, le père D. a fait au moins une nouvelle victime mineure. Une enquête préliminaire vient d’être ouverte à Montauban.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Lyon (Rhône), Tarn-et-Garonne, de nos envoyés spéciaux.– Son nom n’a pas encore été effacé de l’annuaire du diocèse de Lyon. Il y apparaît discrètement, en bas de page, dans la rubrique « prêtres en ministère extra-diocésain ». Et pourtant, une enquête préliminaire vient d’être ouverte, début avril, sur le cas du père D., un prêtre lyonnais exfiltré par son diocèse dans le Tarn-et-Garonne en 1994, mais jamais signalé à la police ni à la justice.