Crèches privées : les dérives d’un business biberonné à l’argent public

Par Laetitia Delhon

Emmanuel Macron a appelé lundi à « investir dans la petite enfance », mais de plus en plus de voix s’élèvent pour dénoncer l’usage de l’argent public dans ce secteur. Sa libéralisation fait prospérer des acteurs privés qui développent des places d’accueil autant que leurs affaires.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dans l’univers feutré de la petite enfance, les bonnes fées ne sont pas les seules à se pencher sur les berceaux. Comme dans les contes, quelques loups sont entrés dans la bergerie, flairant les bonnes affaires. Et si Emmanuel Macron a appelé, dans son intervention du lundi 12 juillet, à « investir dans la petite enfance », de plus en plus de voix s’élèvent en France pour dénoncer l’usage, dans ce secteur, de l’argent public.