Croissance : l'avenue de Bruxelles est un cul-de-sac

Par

Deux ans d’austérité, de sacrifices pour les particuliers, d’allègements pour les entreprises, et le résultat vient de tomber. C’est nul. 0 %. Panne de croissance. L’échec politique est cinglant pour François Hollande, président de la République. Ah s’il avait écouté François Hollande, candidat en 2012…

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il est touchant dans sa colère, Michel Sapin. Dans sa tribune au journal Le Monde publiée ce jeudi, on dirait François Hollande. Pas le Hollande de 2014 que le ministre de l’économie paraphrasait récemment devant un parterre d’économistes libéraux en parlant de « Notre amie la finance, la bonne finance ». Non, le Hollande de 2012, celui de « l’adversaire sans visage, sans parti », mais qui pourtant « gouverne », et qui se nommait, chacun s’en souviendra, « le monde de la finance »...