Le militant Vincenzo Vecchi a été remis en liberté par la justice française

Par

Arrêté en Bretagne, où il vit depuis 2012, le militant anticapitaliste et antifasciste Vincenzo Vecchi risquait d’être remis à la justice italienne en vertu de deux mandats d’arrêt européens. Problème : pour justifier ces mandats, les magistrats italiens ont sciemment menti, au terme d’une procédure ahurissante. La cour d’appel de Rennes a constaté « l’irrégularité » d’un mandat.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Vincenzo Vecchi libéré. Le militant anticapitaliste et antifasciste va pouvoir respirer. La cour d’appel a en effet ordonné vendredi 15 novembre sa remise en liberté, en dépit de deux mandats d’arrêt européens émis par la justice italienne. Dans son arrêt, la cour a constaté « l’irrégularité » du mandat d’arrêt européen concernant la condamnation de l’Italien pour les événements du G8 de Gênes en 2001.