Les députés commencent à recourir à des cabinets de conseil privés

Par

L’Assemblée nationale a de plus en plus recours à des cabinets de conseil privés, type Ernst & Young. D’après des chiffres inédits, elle a dépensé 614 530 euros en 2011 pour acheter leur expertise. Le phénomène reste marginal mais interroge sur le manque de moyens des élus.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Pour épauler les députés, l’Assemblée nationale a de plus en plus recours à des cabinets de conseil privés. À l’échelle du Palais-Bourbon, c’est une petite révolution : longtemps, les élus se sont contentés de leurs assistants personnels et des fonctionnaires de la maison, notamment du « corps d’élite » des administrateurs (environ 170 personnes recrutées à Bac + 5 minimum), chargés de les assister dans l’élaboration des lois. Mais ces ressources internes ne semblent plus suffire.