Nicolas Sarkozy et les juges: une histoire qui dure

Par

Jacques Chirac mis à part, nul autre ancien chef d’État français n'aura autant mobilisé la justice. Cité ou fortement soupçonné dans plusieurs affaires financières, Nicolas Sarkozy entretient un rapport très particulier à la justice et se pose toujours en martyr.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Jacques Chirac mis à part, nul autre ancien chef d’État français n'aura autant mobilisé la justice que Nicolas Sarkozy. Voici quinze ans, à la fin de son premier mandat, le dinosaure Chirac était cité dans pas moins d’une dizaine d’affaires judiciaires, parfois croisées, qui concernaient le RPR, la mairie de Paris et le conseil régional d'Ile-de-France. Valises d'espèces, marchés truqués, fausses factures, emplois fictifs, faux électeurs, appartements de fonction, voyages exotiques, frais de bouche… les sujets ne manquaient pas. Mais pendant longtemps, seuls les lieutenants de Jacques Chirac étaient jugés et parfois condamnés (Alain Juppé, Michel Roussin et Jean Tiberi notamment), jusqu’à ce qu’il finisse par l’être lui-même, sur ses vieux jours, et sans même avoir comparu à son procès, en 2011.