«Gilets jaunes» d’Ile-de-France: «Les quartiers populaires sont là»

Par et

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

«Ça bouillonne de partout en Île-de-France. » Il est 23 heures ce mercredi et Mouloud Sarahoui va bientôt commencer son service à l’entrepôt de Gennevilliers de Geodis, une filiale privatisée de la SNCF. Alors qu’il détaille les multiples actions de « gilets jaunes » auxquelles il a participé ces dernières semaines, la voix du délégué syndical CGT soudain se brise. La fatigue accumulée, l’émotion aussi. Il explique que le matin même il a participé à Argenteuil à une marche pour Sébastien, le jeune plombier du Val-de-Marne qui a eu une main arrachée lors de la manifestation des gilets jaunes du 9 février. La veille, il était sur les sites d’Amazon et de Geodis pour une action… « Et le soir, on a fait notre propre AG ! » raconte cet ouvrier de la logistique qui travaille en horaires décalés. « Mais c’est pas le moment de se sentir fatigués. On attend ça depuis des années. C’est une grosse, grosse bouffée d’air ce qui se passe », affirme-t-il pour décrire l’ébullition du mouvement.