L’impunité de la haute fonction publique est battue en brèche

Par

La condamnation de l’ancien patron de la Caisse des dépôts, Augustin de Romanet, l’ouverture d’une information judiciaire visant le secrétaire général de l’Élysée Alexis Kohler, et le lancement d’une enquête préliminaire visant David Azéma, l’ex-Commissaire aux participations, attestent que les « Intouchables » d’État le sont de moins en moins.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est un constat à dresser avec précaution, mais il semble indiscutable : l’impunité dont a longtemps joui la haute fonction publique est en train de se fissurer. De cela, il existe des signes multiples, comme la récente et spectaculaire condamnation d’Augustin de Romanet par la Cour de discipline budgétaire et financière pour son rôle dans l’affaire CDC Entreprises, du temps où il était directeur général de la Caisse des dépôts et consignations (CDC) ; comme l’enquête préliminaire ouverte visant David Azéma, l’ex-directeur de l’Agence des participations de l’État (APE) ; ou l’information judiciaire visant Alexis Kohler, l’actuel secrétaire général de l’Élysée. Ces trois affaires ont pour point commun d’avoir été révélées par Mediapart.