À Bondy, « on aura le métro. Mais à quel prix ? »

Par

Pour construire une gare du Grand Paris, des maisons doivent être démolies et céder la place à un stockage de gravats, en face d’une crèche. Des habitant·e·s portent un projet alternatif. Fait rare, iels ont pu le présenter au maître d’ouvrage lors d’une réunion publique. Trop tard pour changer la donne ?

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Bondy (Seine-Saint-Denis).– Il connaît par cœur la largeur des rails d’une voie de chemin de fer et sait distinguer l’axe Paris-Strasbourg du Strasbourg-Paris sur la photo qu’il projette en large format. C’est un expert en infrastructures ferroviaires, qui a participé aux chantiers du TER Eole et du Lyon-Turin. Il a travaillé toute sa vie à la SNCF. Mais il est aussi « citoyen de Bondy ». Et, en costume marron et chemise blanche, il est en train de démontrer aux représentant·e·s de la Société du Grand Paris (SGP), l’établissement public chargé du plus gros chantier d’Europe, qu’il se pourrait qu’ils aient tort.