A Nantes, des pompiers «à la limite de l’implosion»

Par Maxime Recoquillé (Mediacités Nantes)

Alors que les pompiers ont manifesté mardi à Paris, notre partenaire Mediacités a enquêté en Loire-Atlantique où, selon plusieurs documents, les violences commises à leur encontre ne cessent de croître. Au sein de la caserne Gouzé, dans le centre-ville de Nantes, des professionnels font part de leur mal-être.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le document n’est pas avare d’exemples. « Attaque à la hache contre les tuyaux d’incendie d’un fourgon (Savenay) ; poursuite d’un individu armé d’un couteau tentant d’agresser un conducteur d’ambulance (Clisson) ; un sapeur-pompier a dû s’agenouiller avec un canon de fusil appuyé sur sa tête (Nantes). » Daté du 1er août, ce rapport de la préfecture, consulté par Mediacités, jette une lumière crue sur les violences que subissent actuellement les sapeurs-pompiers du département.