A Rouen, les soignants de l’hôpital psychiatrique imposent leur colère à la mairie

Par

Les grévistes de l’hôpital psychiatrique du Rouvray protestent contre la non-application du protocole d’accord, obtenu l’an dernier après deux semaines de grève de la faim. Le manque de personnel et la présence d'adolescents au contact des adultes favorisent les tensions, jusqu’aux violences sexuelles.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le rendez-vous a été donné dans le jardin qui borde le musée des Beaux-Arts de Rouen. Quelques motards de la police stationnent tout près, pas vraiment dupes de l’air détaché que se donnent la cinquantaine de personnes rassemblées, mardi 15 octobre, en début d’après-midi, dans les allées du square Verdrel.