A Marseille, «la mairie n'arrive pas à réhabiliter ses propres immeubles»

Par

Un an après les effondrements meurtriers à Marseille, le directeur régional de la Fondation Abbé Pierre dresse un tableau « assez noir » de la lutte contre l’habitat indigne.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Un an après l’effondrement des immeubles de la rue d’Aubagne à Marseille, qui a causé huit morts, Mediapart s’est associé avec trois médias locaux pour disséquer la gestion par la commune de son patrimoine dégradé du centre-ville. Pour éclairer cette enquête toujours en cours (lire ici, ou encore ), nous avons interrogé Florent Houdmon, directeur de la Fondation Abbé Pierre dans la région Paca, sur l’action engagée depuis par les pouvoirs publics pour lutter contre l’habitat indigne. Surprise : « Beaucoup d’annonces très peu suivies d’effets ».