Saturé, le centre d’accueil de Paris refoule des réfugiés à l’entrée

Par

En un mois, le centre de réfugiés de Paris, d’une capacité d’accueil de 400 personnes, a atteint ses limites. Le rythme des premiers entretiens est insuffisant. Le campement qui s’était installé à proximité a été évacué. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Pendant un mois, le centre de premier accueil de Paris – les autorités tentent de faire disparaître sa désignation initiale de « camp humanitaire » – est à peu près parvenu à accueillir tous les migrants qui se présentaient à ses portes, empêchant la reconstitution de campements de fortune dans les rues de la capitale du côté des stations de métro Jaurès et Stalingrad. Mais son sous-dimensionnement initial (400 places pour des hommes seuls) n’a pas tardé à produire ses effets.