Quand la justice française ménageait le clan Ben Ali

Par

Deux neveux par alliance du dictateur tunisien auraient dû être jugés à Ajaccio en 2009 dans un dossier de trafic de yachts volés. C'était sans compter avec le zèle du parquet, agissant sous la pression du pouvoir exécutif.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Parmi les innombrables passe-droits dont a bénéficié le clan du dictateur tunisien Ben Ali, il en est au moins un qui a été délivré récemment par la justice française, sur fond de raison d'Etat. En juin 2009, le parquet d'Ajaccio (hiérarchiquement soumis au pouvoir exécutif) a fait le choix de ne pas citer devant le tribunal correctionnel deux neveux de la toute-puissante épouse du président Ben Ali.