Rémi Fraisse: le Conseil constitutionnel refuse de supprimer la justice spécialisée militaire

La QPC de la famille de Rémi Fraisse visant à remettre en question les juridictions spécialisées en matière militaire, comme celle qui a traité la mort du jeune écologiste, victime d’une grenade, a été rejetée ce jeudi.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Plus de quatre ans après la mort de Rémi Fraisse, ce jeune pacifiste tué à 21 ans par la grenade offensive d’un gendarme mobile le 26 octobre 2014 à Sivens (Tarn), le Conseil constitutionnel a rejeté ce 17 janvier la question prioritaire de constitutionnalité (QPC) déposée par la famille Fraisse, qui remettait en question le bien-fondé des juridictions spécialisées en matière militaire pour les faits touchant au maintien de l'ordre.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal