«Le gouvernement fera tout pour que cette loi passe»

Par

Après deux jours de conflit entre les députés frondeurs et le gouvernement, l'exécutif a choisi la voie de l'article 49-3 pour éviter tout risque de vote contre la loi Macron. Un conseil des ministres a été convoqué en urgence à l’Élysée dans l'après-midi. Les dissensions au sein du PS témoignent d'une profonde crise à gauche.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Le débat sur ce texte est immédiatement suspendu. Ce texte sera considéré comme adopté sauf si une motion de censure déposée avant demain 16 h 30 est votée dans les conditions prévues à l'article 49 de la constitution. La séance est suspendue. » Sous les huées des députés de l'opposition et les cris de « coup d’État », le président de l'Assemblée nationale Claude Bartolone a levé la séance après l'annonce de Manuel Valls d'engager « sa responsabilité » et celle du gouvernement en invoquant l'article 49-3, qui permet de faire passer en force le texte de loi Macron en première lecture. Une motion de censure contre le gouvernement a été déposée par l'UMP et l'UDI, et sera mise au vote jeudi 19 février à 18 heures.