Dans une flaque de soleil, protégés du vent par l’abri à vélos à l’entrée de l’usine, ils fument une cigarette et acceptent de se raconter. Représentants syndicaux de l’usine Whirlpool à Amiens, ils voient passer depuis des semaines des journalistes, pas si nombreux, et les accueillent d’un sourire un peu bourru, un peu las. Depuis le début de l’année, ils répètent leur histoire. Fréquente en France et presque banale à Amiens. L’histoire d’une usine qui va fermer, comme l’ont fait une bonne dizaine d’autres depuis le début des années 2000 dans cette ville de la Somme, ancienne capitale régionale de la région Picardie, avalée par les Hauts-de-France.