Avant, François Fillon avait « confiance en la justice ». C’est d’ailleurs vers elle qu’il s’était tourné, au printemps 2015, pour « défendre [son] honneur et [sa] conception de la vie publique » face à ceux qui l’accusaient d’avoir tout fait pour accélérer le cours des enquêtes judiciaires visant Nicolas Sarkozy. C’est elle qu’il brandissait en meeting pendant la primaire, assurant à un public conquis qu’« une justice rapide et ferme [était] une nécessité absolue » et que « l’impunité zéro [devait] être la règle ». C’est encore elle qu’il souhaitait réformer en profondeur autour de « trois axes », résumés ainsi dans son projet initial : « une justice simple, une justice indépendante, une justice efficace ».