Coronavirus: les magistrats en plein dilemme du prisonnier

Ils doivent à la fois assurer la continuité du service public de la justice et prendre en compte les impératifs sanitaires. Déjà, des débuts d’émeute ont eu lieu en prison et un premier détenu, âgé de 74 ans, est décédé .

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Qui suis-je pour juger l’autre ? Comment puis-je décider qui mérite d’aller en prison, et qui y échappera ? Ces questions, les magistrats concernés se les posent quotidiennement. Mais ils ont beau avoir reçu une longue formation et disposer d’un corpus important (lois, codes, circulaires…), l’épidémie de coronavirus qui se propage ne peut pas les laisser indifférents. Que se passera-t-il, si le nombre de malades explose dans des établissements pénitentiaires déjà surpeuplés, aux conditions d’hygiène et de salubrité incertaines, et où l’accès aux soins est notoirement insuffisant ? Faut-il moins incarcérer ? Faire sortir certains détenus ?