La police au quotidien: notre dossier

Les policiers manifestent aussi, au risque de la confrontation

Plusieurs syndicats de policiers ont suivi l’appel à manifester d’Alliance Police nationale mercredi place de la République contre les « violences anti-flics ». Une contre-manifestation prévue une heure plus tôt a finalement été interdite par le préfet, et des manifs sauvages sont annoncées.

Karl Laske

17 mai 2016 à 20h49

La lecture des articles est réservée aux abonné·e·s. Se connecter

Michel Cadot, le préfet de police de Paris, avait jusqu’à 7 heures du matin, mercredi, pour revenir sur l’autorisation accordée au rassemblement des syndicats de police contre la « haine anti-flics » place de la République. Et il n'a évidemment pas fait marche arrière. À midi, les policiers d’Alliance Police nationale (droite) pourront faire flotter leurs drapeaux bleus sur le parvis de la place, siège de l’assemblée générale de Nuit debout, accompagnés de leurs collègues de l’UNSA, du SGP-FO, et même de la fédération CGT-Police. Dans la matinée, le préfet Cadot – ancien directeur de cabinet de Michèle Alliot-Marie au ministère de l’intérieur entre 2007 et 2009 – a en revanche décidé d'interdire la contre-manifestation du collectif Urgence Notre Police Assassine, prévue à 11 heures. Une nouvelle manifestation du Collectif contre l’état d’urgence reste autorisée, à partir de République, à 18 heures. Anthony Caillé, secrétaire général de la CGT Police SGAP Paris déplorait, mardi, la décision d'autoriser les deux premiers rassemblements, compte tenu des risques de confrontation qui planaient. « C’est le préfet qui a pris la décision de dire oui à toutes les organisations et de leur dire amusez-vous bien tous ensemble, commentait-il. Le préfet ne fait pas ça innocemment. »

Abonnement mediapart

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

À ne pas manquer

Discriminations — Enquête
Au tribunal, la FFF est accusée de discriminer des femmes
Neuf femmes accusent la Fédération française de football de les avoir licenciées en raison de leur sexe ou de leur orientation sexuelle. Mediapart a recueilli de nombreux témoignages mettant en cause le management de la FFF. Son président Noël Le Graët jure qu’il « n’y a pas d’atmosphère sexiste à la FFF ».
par Lénaïg Bredoux, Ilyes Ramdani et Antton Rouget
France — Enquête
Le « Monsieur sécurité » du groupe LVMH écope de neuf mises en examen
Atteinte à la vie privée, trafic d’influence, violation du secret professionnel... : l’actuel directeur de la protection des actifs et des personnes de la multinationale, Laurent Marcadier, est mis en cause par la justice dans l’affaire Squarcini. Il dément « catégoriquement » tous les faits.
par Fabrice Arfi
Dossier. L’affaire Tapie
Affaire Tapie : radiographie d’une escroquerie au cœur de l’État
Mediapart publie l’intégralité de l'arrêt de la cour d’appel de Paris qui décrypte la mécanique de l’escroquerie ayant permis à Bernard Tapie d’empocher frauduleusement 403 millions d’euros. Les magistrats résument le scandale d’une formule choc : « Les intérêts de M. Tapie étaient pris en considération au plus haut niveau de l’État. »
par Laurent Mauduit
Politique
Gauches : comment reprendre la main pour 2022 ?
Échaudées par les tentatives ratées de « triangulation » dans leurs propres rangs, et encouragées par l’actualité, les gauches recentrent leur discours sur le social. Mais se faire entendre reste une gageure dans un paysage médiatico-politique saturé par les thématiques identitaires.
par Mathilde Goanec et Pauline Graulle

Nos émissions

À l'air libre
par à l’air libre
Grand entretien
par Fabien Escalona et Romaric Godin
Ouvrez l’Élysée
par Usul et Ostpolitik