Le ministre de l’intérieur Manuel Valls a présenté lundi 17 juin 2013 place Beauvau sa réforme des services de renseignement devant 220 membres de la Direction centrale du renseignement (DCRI), de la sous-direction de l'information générale (SDIG) et de la direction du renseignement de la préfecture de police de Paris (DRPP). Pas question de toucher à la DCRI, ce « FBI à la française » voulu et créé en 2008 par Nicolas Sarkozy, malgré les « failles » révélées par l’affaire Merah et les pratiques controversées de son ancien patron Bernard Squarcini, mis en examen dans l’affaire des fadettes du Monde (1).