Le Casa, laboratoire d’autodéfense sociale de Toulouse, est menacé

Par

Depuis plus d’un an, un centre d’aide sanitaire et alimentaire installé dans un squat du centre-ville toulousain propose un espace de solidarité populaire, horizontal et indépendant. Son propriétaire, un établissement public, entend le récupérer.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Toulouse (Haute-Garonne).– Il est 18 h 30, ce lundi et, la mine ragaillardie par les premières chaleurs, deux quadragénaires passent devant le Centre d’autodéfense sanitaire et alimentaire de Toulouse (Casa Tolosa). Échange de « checks » avec les personnes qui discutent sur le trottoir, dont Leïla*, qui leur propose de récupérer un sachet repas : une barquette de taboulé libanais, de la graine, une poignée de fraises, deux petits-suisses, une barre de céréales.