Sarkozy & Cie: l’heure des comptes

Outre les soupçons de financements libyens qui le visent, ainsi que plusieurs de ses proches, Nicolas Sarkozy est aussi personnellement menacé aujourd’hui par la tenue de deux procès correctionnels dans les affaires « Paul Bismuth » et Bygmalion.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La France est en passe de battre un record, honteux. Après Jacques Chirac, condamné pénalement en 2011 pour « détournement de fonds publics » et « abus de confiance », son successeur direct à la présidence de la République, Nicolas Sarkozy, est aujourd’hui personnellement concerné par la tenue, dans les mois à venir (ou un peu plus), de deux procès correctionnels dont il pourrait être le prévenu principal.