Bernard Tapie, tel qu’en lui-même

Par

Son ancien assistant parlementaire, Marc Fratani, publie un livre, Le Mystificateur, qui présente un portrait ravageur de l’ex-homme d’affaires.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

De Bernard Tapie, Marc Fratani, qui fut son bras droit pendant près de vingt ans, de 1986 à 2006, longtemps en qualité d’assistant parlementaire, aime à dire qu’il est dénué de toute générosité, même envers ses proches, et qu’il n’agit jamais qu’en fonction de ses propres intérêts. Il en veut pour preuve les 404 millions d’euros qu’il a indûment perçus en 2008, à l’issue du célèbre arbitrage frauduleux : du magot, il a tout gardé pour lui, sans même chercher à donner le change, sans même offrir par exemple quatre euros six sous à une association charitable œuvrant dans les quartiers nord de Marseille.