Après l’assassinat de Samuel Paty, les enseignants veulent poursuivre leur mission sans autocensure

Par

La décapitation de Samuel Paty crée l’émoi dans la communauté éducative. Si des difficultés existent avec certains élèves, « c’est très rare qu’on ne puisse pas enseigner », racontent toutefois les professeurs interrogés par Mediapart.

Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

Les mots se ressemblent : effroi, sidération, stupéfaction ou tristesse. Les enseignants sont abasourdis depuis l’assassinat terroriste, vendredi 16 octobre, de Samuel Paty, enseignant d’histoire-géographie au collège du Bois-d’Aulne à Conflans-Saint-Honorine, petite ville tranquille des Yvelines. L’onde de choc qui traverse toute la France tient au fait qu’un enseignant a été tué simplement pour avoir exercé son métier.

Coline, enseignante d’histoire-géographie en collège à Saint-Denis, membre du collectif Aggiornamento, confie ainsi son émotion : « J’ai du mal à faire face à ce drame. Je n’ai pas peur d’être en classe, ce qui me touche, c’est cet enseignant et son travail qui témoignait d’une bienveillance et d’une envie de dialogue. Il avait organisé une exposition, dont on a vu la photo, où il demandait aux élèves de réfléchir à la liberté, l’égalité et la fraternité. C’est une expérience qui me parle pédagogiquement. »

Ces enseignantes sont venues rendre hommage à Samuel Paty devant le collège du Bois d'Aulne, où il enseignait. © Marie Magnin / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP Ces enseignantes sont venues rendre hommage à Samuel Paty devant le collège du Bois d'Aulne, où il enseignait. © Marie Magnin / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP
Pour Emmanuel, qui enseigne la même discipline à Toulouse, dans un collège classé en REP, l’attentat est « choquant et désespérant ». Ce professeur confesse s’être déjà inquiété qu’un « fou » ou un parent puisse l’agresser à cause d’une question sensible qui aurait été abordée en classe. « D’une manière générale, on sait que des attentats sont possibles et que les écoles ne sont pas très protégées… » Cet assassinat réveille aussi de vieux traumatismes. En 2015, après les attentats du 13-Novembre, l’organe de propagande de l’État islamique, Dar Al-Islam, avait désigné les enseignants comme une cible et avait appelé ses sympathisants à les tuer.

Sophie Vénétitay, secrétaire générale adjointe du SNES-FSU et professeure de sciences économiques et sociales dans un lycée de l’Essonne, se déclare sonnée comme le reste de la communauté éducative. « On ressent plusieurs sentiments : un peu de peur forcément, car c’est l’école qui est attaquée, mais on sait aussi qu’on va se relever, car le cœur de notre métier c’est de transmettre, de débattre et développer l’esprit critique. Il faut faire vivre tout ça mais on va avoir besoin du soutien de l’institution. Pas que des messages forts, mais des actes. »

Elle avait cours ce samedi matin. Un moment de recueillement s’est tenu dans la salle des professeurs avec les adultes du lycée, tandis qu’une minute de silence était observée à 11 heures par les élèves. « C’était une matinée particulière », résume-t-elle. Les élèves, déjà, ont posé des questions, mais l’enseignante prévoit que le 2 novembre, jour de la rentrée, sera un moment délicat.

Les circonstances de l’assassinat s’éclaircissent peu à peu. Comme tous les ans, le professeur de 47 ans – très investi et très apprécié d’après le portrait brossé de lui – a dispensé, le 5 octobre, un cours d’enseignement moral et civique autour de la liberté d’expression. Pour appuyer sa démonstration, Samuel Paty a montré à ses élèves de 4e deux caricatures du prophète Mahomet parues dans Charlie Hebdo, invitant toutefois les élèves de confession musulmane, ceux qui pourraient être heurtés par la démarche, à se désigner et à ne pas les regarder. Contrairement à ce qui a circulé dans un premier temps, l’enseignant n’a pas demandé aux élèves musulmans de quitter la classe.

Cette leçon a déplu à celui qui se présente, dans une vidéo postée sur Facebook le 8 octobre, comme un père de famille dont la fille a été récipiendaire de cette leçon. Devenue virale, cette dénonciation publique a fortement circulé dans les groupes de parents d’élèves et sur les réseaux sociaux. Il y qualifiait Samuel Paty de « voyou ». Il appelait à la mobilisation contre le professeur, qu’il souhaitait voir renvoyé par l’éducation nationale. Interrogé sur cet épisode samedi après-midi, Jean-Michel Blanquer a qualifié cette vidéo de « totalement scandaleuse et mensongère ».

La principale du collège a fait état d'« appels menaçants » à la suite de ce cours, a rapporté le procureur du Parquet national antiterroriste, Jean-François Ricard, samedi après-midi. « Elle a fait tout ce que l'on doit faire quand arrive ce genre de chose : elle a été solidaire du professeur, a alerté les équipes Valeurs de la République » mises en place au niveau académique par le ministère depuis 2017, a défendu Jean-Michel Blanquer samedi lors d’un point-presse. « Il y a eu tout un travail de fait qui correspond à ce qui doit être fait, (...) à la fois un travail de soutien du professeur et de dialogue avec les parents », a-t-il assuré. La principale avait aussi organisé un temps d’échange avec les élèves concernés, le professeur et le conseiller pédagogique d’éducation.

Quatre jours plus tard, le père d'élève a posté une seconde vidéo plus longue. Selon Jean-François Ricard, il avait aussi porté plainte pour « diffusion d'images pornographiques » contre Samuel Paty. Ce dernier avait pour sa part déposé plainte contre le père pour diffamation.

Dans un message vidéo, Jean-Michel Blanquer a promis de « protéger tous les professeurs de France » et reçu samedi matin, avec le premier ministre, les syndicats d’enseignants rue de Grenelle.

Durant les deux semaines de vacances de la Toussaint, le ministre a annoncé qu’il échangerait avec ces derniers et les fédérations de parents afin de définir un « cadrage national strict et puissant » pour le retour en classe le 2 novembre, avec une minute de silence. L’acte « inqualifiable » commis vendredi soir « a des racines, a martelé Jean-Michel Blanquer. C’est la haine de la République et de l’école, sa colonne vertébrale ». Il a précisé que seront préparés « des outils pédagogiques et des consignes pour qu'il n'y ait pas d'angle mort de la République, des endroits où la peur conduit à ne pas faire », sans les détailler.

Jean-Rémi Girard, le président du SNALC, le Syndicat national des lycées et des collèges, résume le sentiment général à l’issue de la rencontre avec Jean Castex et le ministre : « On est tous sonnés et abasourdis qu’en France au XXIe siècle, un enseignant puisse être décapité dans la rue pour avoir fait son travail. C’est terrifiant. » Pour lui, l’unité nationale et entre les organisations syndicales et fédérations de parents d’élèves doit primer, les tensions entre certains parents et l’équipe du collège du Bois-d’Aulne ne devant pas interférer.

Après l’hommage national décidé par l’Élysée et les vacances de la Toussaint, il va falloir pour les enseignants retourner en classe : « Il ne faut pas faire qu’une minute de silence, il faut l’accompagner d’une heure de parole pour avoir le temps de travailler sur la laïcité et la liberté d’expression », insiste Jean-Rémi Girard.

Les divers interlocuteurs interrogés par Mediapart expriment tous, par ailleurs, un besoin d’être mieux protégés par le ministère. Le premier ministre a évoqué la mise en place d’équipes mobiles de sécurité aux abords des établissements scolaires et le Conseil des sages de la laïcité sera réuni, rapporte Jean-Rémi Girard. Des liens avec le monde associatif sont censés être renforcés, dans les cités éducatives, pour permettre de créer davantage de liens avec les parents et dénouer certaines situations.

Benoît Teste, de la FSU, témoigne aussi de son effroi face à cet assassinat. Après les temps nécessaires de recueillement et d’hommage, il explique qu’« il est important que tout soit fait dans la mesure et la sérénité. L’heure n’est pas à la polémique mais il faut veiller à éviter toute instrumentalisation politique. Il faut réfléchir sereinement, sans amalgame ». Surtout dans un contexte où l'exécutif pousse sa loi censée lutter contre le séparatisme islamiste. Pour lui, il faut agir avec discernement, et « faire passer l'idée que la laïcité c'est le vivre-ensemble, le droit à la critique, la liberté de conscience et de religion. Il ne faut rien s’interdire ».

L’enjeu, selon lui, va être d’accompagner les enseignants, notamment sur cette question des valeurs de la République, et d’être plus vigilants quand certains d’entre eux sont menacés sur les réseaux sociaux. Stéphane Crochet, secrétaire général du SE-UNSA, réaffirme le besoin d’unité nationale pour « condamner le terrorisme et sa violence ». Pour lui, le débat sur ce qui peut être enseigné ou non est hors de propos pour le moment. « Si on s’engouffre sur le débat « Faut-il montrer les caricatures ? », on donne raison au terroriste, on ne peut pas questionner la pratique sans que ce soit une légitimation de l’acte inadmissible qui s’est produit. »

Il faut d’abord songer aux enseignants, largement éprouvés par ce drame. « Au-delà des désaccords qui existent entre les enseignants et l’exécutif, il est nécessaire de redire le profond attachement de la République aux éducateurs. Le cœur de notre mission est attaqué et mis en doute, estime Stéphane Crochet. Il y a un profond besoin des enseignants d'être confirmés et consolés alors que depuis des mois ils ont l’impression qu’on leur dit qu’ils ne sont pas à la hauteur, que les résultats ne sont pas à la hauteur des fondamentaux. »

Co-secrétaire général de la FCPE, Rodrigo Arenas connaît cette histoire depuis ses débuts : il avait été alerté du litige et avait signalé la vidéo du père de famille à la mairie de Conflans-Sainte-Honorine. Il se dit aujourd’hui « écœuré » par cet assassinat. Plus largement, Rodrigo Arenas considère que ce drame soulève d'autres questions qu'il faudra examiner après le temps du deuil : « Le système d’EMC [enseignement moral et civique] a atteint ses limites. On ne peut pas demander à un professeur d’histoire-géo de faire 30 minutes d’EMC par semaine. On doit enseigner le droit et la philosophie dès la maternelle avec des méthodes adaptées aux âges des petits. Il y a un droit de blasphémer en France, et la liberté d’expression et la République ça s’apprend, ce n’est pas qu’un slogan. Quand des parents s’organisent pour avoir un certificat médical pour éviter la piscine, il faut s’en saisir et ne pas être dans le déni. Personne ne doit contrevenir à cela. » Pour Rodrigo Arenas, cette histoire s’est enflammée sur les réseaux sociaux : il faut donc apprendre le discernement aux élèves et renforcer davantage l’éducation aux médias.

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous