PS: Désir recentre et verrouille

Par et

Le premier secrétaire du PS a présenté la nouvelle équipe de direction, marquée par l'exclusion de l'aile gauche et la montée en puissance de proches de Hollande et de Valls.

Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

La « Mutu » n'est plus ce qu'elle était. Salle mythique de la gauche, en plein cœur de Paris, le Palais de la mutualité a été racheté par un spécialiste de « l'événementiel ». Mais rien à voir, jurent ses militants, avec l'évolution du parti socialiste qui y a organisé samedi son premier conseil national post-congrès. La réunion, bouclée en deux heures, avait pour seul objectif l'élection de la nouvelle direction autour du premier secrétaire Harlem Désir. Résultat, les soutiens de François Hollande s'emparent logiquement des principaux postes, aux côtés des amis de Martine Aubry et de Benoît Hamon ; les amis de Manuel Valls font une percée remarquée dans l'entourage proche du premier secrétaire ; l'aile gauche, qui avait engrangé 13 % des voix militantes au congrès, est en revanche exclue du secrétariat national. Des choix dans la droite ligne de la conférence de presse du chef de l'État, mardi dernier.

Frédérique Espagnac © DR Frédérique Espagnac © DR
« Harlem Désir a fait le choix d'une équipe resserrée pour défendre l'action du gouvernement et pour que le parti ne parle que d'une voix. On a besoin de faire de la pédagogie », justifie la députée Karine Berger, proche de Moscovici, nouvelle secrétaire nationale à l'économie, mais à qui échappe le poste de porte-parole. Même sort pour l'ancien conseiller de Jean-Marc Ayrault, Olivier Faure, qui reste secrétaire national à la communication. Ce sont les deux sénateurs David Assouline, proche d'Aubry, et Frédérique Espagnac, ex-attachée de presse de Hollande, qui seront les voix officielles du PS

Guillaume Bachelay © DR Guillaume Bachelay © DR
Globalement, les proches du chef de l'État et de la “bande des quatre” (Peillon, Valls, Moscovici, Le Foll) s'emparent des postes stratégiques, alors que les amis de Martine Aubry restent plutôt bien représentés (Guillaume Bachelay devient numéro 2 du parti), dans un secrétariat national de 56 membres. Il est strictement paritaire, mais les postes “régaliens” sont quasi exclusivement occupés par des hommes.

Luc Carvounas © DR Luc Carvounas © DR
Les proches de Manuel Valls font une percée remarquée dans l'entourage direct d'Harlem Désir, avec l'élection de Luc Carvounas aux relations extérieures et de Carlos Da Silva à la mobilisation. 

La nouvelle équipe doit porter « une orientation claire, celle du socialisme du réel et du réformisme ancré à gauche », a expliqué le premier secrétaire. La feuille de route est simple – c'est celle du président de la République – et le PS lancera la semaine prochaine « une grande campagne pour soutenir les réformes engagées par le gouvernement ». Avec des sondages défavorables à l'exécutif et l'incompréhension d'une partie de l'électorat de gauche, le PS se veut intransigeant, comme en témoignent les deux piques d'Harlem Désir à l'encontre du Front de gauche et des écologistes.

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous

Les personnes citées ont été interrogées samedi au conseil national, à Paris, et vendredi par téléphone.