Olivier Besancenot: «On ne peut pas se permettre d’attendre 2022 pour imposer une alternative»

Par

Dans « À l’air libre » mardi, retour sur deux ans de mouvement des gilets jaunes avec Olivier Besancenot, du NPA, et le photographe Vincent Jarousseau. On part également à Commercy dans la Meuse, un lieu emblématique du mouvement.

Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

« À l’air libre », l’émission qui ouvre en grand les fenêtres !

  • Au sommaire

Deux ans après la toute première manifestation des gilets jaunes (notre dossier ici), retour à Commercy dans la Meuse avec plusieurs d’entre eux. Que reste-t-il de ce mouvement, spontané et foisonnant ? Quelles perspectives a-t-il ouvertes dans cette période troublée ? 

On en parle avec nos invités : Olivier Besancenot, postier, membre du Nouveau Parti anticapitaliste, et Vincent Jarousseau, photographe, qui travaille depuis des années sur la France populaire, la France qu’on ne voit pas (voir par exemple l’un de ses portfolios ici)

Et puis détour à Vienne, en Autriche, où la statue d’un ancien maire antisémite alimente la polémique. La déboulonner ou la recontextualiser ? Nous sommes en duplex avec le journaliste Vianey Lorin (lire également son article en août sur le sujet). 

À l'air libre (27) Besancenot "Les gilets jaunes cristallisent les crises politiques du moment" © Mediapart

Voir ou revoir toutes nos émissions ici.

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous