RETRAITES Brève

Retraites: Matignon écarte toute réforme malgré les propos de Rebsamen

Il n'y aura pas de nouvelle réforme des retraites d'ici la fin du quinquennat, a fait savoir l'entourage de Manuel Valls. Une précision on ne peut plus claire, après les propos tenus par le ministre du travail.

La lecture des articles est réservée aux abonné·e·s. Se connecter

Il n'y aura pas de nouvelle réforme des retraites d'ici la fin du quinquennat, a fait savoir l'entourage de Manuel Valls. Une précision on ne peut plus claire, après les propos tenus par le ministre du travail. Dans le courant de l'après-midi, sur France 3, François Rebsamen avait semé le trouble en expliquant que le gouvernement allongerait, si nécessaire, la durée de cotisation pour une retraite à taux plein. La déclaration du ministre du travail a surpris au moment où la pérennité du système des retraites de base semble mieux assurée à court terme, selon le Conseil d'orientation des retraites (COR).

Mais l'hypothèse d'une réforme a aussitôt été écartée par sa collègue des affaires sociales, Marisol Touraine. François Rebsamen a ensuite tenté de se rattraper en expliquant qu'il ne faisait référence qu'à la réforme Ayrault, qui prévoit un allongement de la durée de cotisation jusqu'à 43 ans (172 trimestres) « à l'horizon 2035 ».

« Il n'est pas question de mettre en chantier, de mettre en route, d'engager une nouvelle réforme des retraites, ou une évolution de la durée de cotisation, ou de quelque autre paramètre des retraites que ce soit », a-t-on indiqué dans la soirée à Matignon, affirmant que « François Rebsamen n'a fait que rappeler la philosophie de la réforme Ayrault ».

« On sort d'une réforme des retraites qui a été votée il y a moins d'un an, qui assure un retour à l'équilibre du régime des retraites à l'horizon 2025 et le maintien de cet équilibre jusqu'à 2060. Donc, il n'y a ni la volonté ni le besoin d'une nouvelle réforme des retraites, tout cela s'enflamme à partir de rien », a fait valoir un conseiller du premier ministre à l'AFP.

La réforme Ayrault prévoit qu'un comité de suivi des retraites puisse faire des recommandations au gouvernement, « mais on n'attend pas de recommandation de sa part dans les années à venir parce que, tout simplement, nous ne sommes pas sur une trajectoire qui dévie », a également souligné l'entourage de Manuel Valls.

Abonnement mediapart

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

À ne pas manquer

Société — Enquête
Une figure du combat contre le harcèlement scolaire est visée par une plainte pour « harcèlement »
Fondatrice de l’association Marion la main tendue, Nora Fraisse se voit reprocher par une dizaine d’anciennes bénévoles, stagiaires ou services civiques d’avoir eu un comportement toxique envers de proches collaborateurs. D’après notre enquête, l’une d’elles a déposé plainte pour « harcèlement ».
par Prisca Borrel
Littérature — Entretien
Éric Vuillard : « La narration politique, c’est de la mauvaise littérature »
Dans son dernier récit, « Une sortie honorable », l’écrivain aborde la guerre d’Indochine, largement reléguée dans la mémoire nationale, et le cadre politique et financier qui l’a soutenue. Entretien sur la politique, l’histoire et la littérature.
par Joseph Confavreux, Ellen Salvi et Lise Wajeman
Santé
Didier Raoult : deux ans d’enquête sur une imposture
Depuis l’arrivée du Covid-19 en France, Didier Raoult est devenu une figure nationale. D’abord en faisant la promotion d’un traitement inefficace contre la maladie, l’hydroxychloroquine, puis en niant la possibilité d’une seconde vague ou en remettant en cause l’efficacité de la vaccination. Mediapart revient en vidéo sur deux ans d’enquête sur le directeur de l’IHU.
par Youmni Kezzouf, Mathieu Magnaudeix et Pascale Pascariello
Blanquer, l’école à la renverse
Profs, élus, ils bricolent pour faire tenir l’école en temps de pandémie
Parmi les ressorts de la colère contre le ministre de l’éducation nationale, l’impression de devoir composer depuis des mois avec des bouts de ficelle arrive en bonne place. Pour pallier les manques et retards de l’État, enseignants et élus locaux se mobilisent comme ils peuvent.
par Mathilde Goanec

Nos émissions