Déchéance de la nationalité: le Conseil d'Etat renvoie Hollande à sa responsabilité

Le Conseil d'État a rendu son avis sur le projet de réforme constitutionnelle. Favorable à l'inscription de l'état d'urgence dans la Constitution, la haute juridiction est plus réservée sur la déchéance de nationalité pour tous les binationaux condamnés pour terrorisme. Mais sans l'exclure.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

François Hollande est pris à son propre piège. Dans son avis sur le projet de réforme constitutionnelle, le Conseil d’État valide, pour l’essentiel, l’inscription de l’état d’urgence dans la loi fondamentale, et reste réservé sur la déchéance de nationalité pour tous les binationaux condamnés pour terrorisme. Mais il ne l’exclut pas. De nombreux socialistes espéraient un veto de la haute juridiction.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal