Amnésie générale autour du contrat Ecomouv

Par

Après les ministres, la haute fonction publique semble victime de trous de mémoire. Témoignant devant la commission d’enquête sénatoriale, le chef d’expertise des partenariats public-privé n’a répondu à aucune question, expliquant tout ignorer du contrat de l’écotaxe, même les documents publics.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

 C'est stupéfiant le nombre de politiques, de responsables administratifs qui ne se souviennent de rien, dès que le nom d’Ecomouv est évoqué. À ce niveau-là, cela relève d’une épidémie d’amnésie générale. Aux premiers jours de la polémique sur la taxe poids lourds fin octobre et alors que les conditions liées au contrat de partenariat public-privé avaient commencé à être dévoilées, Jean-Louis Borloo et Nathalie Kosciusko-Morizet, qui ont tous les deux été ministre de l’écologie et ont supervisé à ce titre le contrat, avaient déclaré ne pas se remémorer ce dossier et n’être en rien concernés par l’affaire.