Les zones d’ombre du contrat du garde du corps de Marine Le Pen

Par

Marine Le Pen a réfuté tout contrat « fictif » de son garde du corps Thierry Légier, rémunéré fin 2011 comme assistant au Parlement européen. De nouvelles informations obtenues par Mediapart et Marianne montrent que ce contrat d'assistant de Thierry Légier est entouré de zones d’ombre.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C'est un petit contrat qui embarrasse beaucoup Marine Le Pen. Après la révélation par Mediapart et Marianne, jeudi, du rapport d'enquête de l'Office antifraude européen sur les assistants de la présidente du FN au Parlement européen, le contrat de son garde du corps, Thierry Légier, est sous le feu des projecteurs.