Mélenchon réussit sa prise de la Bastille

Plus de 80 000 personnes ont participé, ce dimanche à Paris, à la « marche pour la VIe République », à l'appel du Front de gauche. Dans la foule, on retrouvait aux côtés des militants beaucoup d'indécis et de curieux, électeurs de gauche expliquant vouloir autre chose.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Rouge Bastille. L’«opération démonstration de force» voulue par le Front de gauche et son candidat Jean-Luc Mélenchon est un succès. Plus de 80.000 personnes ont défilé, dimanche 18 mars, entre la place de la Nation et celle de la Bastille, et c’est depuis le perron de l’Opéra que le héraut de «l’autre gauche» a prononcé son discours sur la VIe République.
Un discours de seulement 22 minutes, que Mélenchon a voulu solennel, comme ses deux précédentes interventions en plein air et devant un auditoire massif (devant la place Stalingrad en juin 2011, puis à la fête de l’Humanité en septembre dernier). Le discours s’est inscrit dans la lignée de ce «socialisme historique» qu’il revendique face à la social-démocratie de François Hollande. Jean-Luc Mélenchon s'est donc mis dans les pas de 1789, du devoir d’insurrection inscrit dans la Constitution de 1793, de Louise Michel et de la Commune de Paris, de Jules Vallès et de son Cri du peuple, ou de la manifestation féministe du 14 juillet 1935, prélude au Front populaire.