Inédite, la grève des urgences parisiennes gagne du terrain

Par

Partie des urgences de l’hôpital Saint-Antoine, la grève illimitée des personnels soignants gagne du terrain. Déjà cinq services parisiens ont rejoint le mouvement. Quatre autres doivent s’y associer à partir de dimanche. Éléments déclencheurs, les violences subies par les soignants révèlent une maltraitance généralisée.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Tout est parti des urgences de l’hôpital Saint-Antoine à Paris. Le 18 mars, après n’avoir reçu aucune réponse satisfaisante de la direction face à la multiplication des agressions aux urgences, les personnels du service ont décidé de se mettre en grève. Depuis, ils tiennent bon. Et leur mouvement fait tache d’huile.