Tarnac, une instruction à la française

Après six ans d'instruction, Le Monde revient sur une enquête typique de l’antiterrorisme à la française, celle de l'affaire de Tarnac.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le 14 avril 2014, le juge d’instruction du dossier dit « de Tarnac » a signifié au parquet et aux mis en examen la fin des investigations. Celle-ci est intervenue six ans quasiment jour pour jour après l’ouverture d’une enquête préliminaire par le parquet de Paris contre ces jeunes gens issus de l’« ultragauche » pour association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste. Le Monde revient sur une instruction typique de l’antiterrorisme à la française : des premiers rapports des RG qui, début 2008, commencent à s'intéresser à quelques membres de « la mouvance anarcho-autonome » partis s'installer dans la campagne corrézienne, aux premières écoutes, en passant par quelques constructions intellectuelles fumeuses, dont un rapport associant la groupe de Tarnac au groupe AZF.