Les militants de La République en marche confient leurs déceptions

Par

Au fil des mois, de plus en plus de militants du parti présidentiel expriment leur colère, dénonçant pêle-mêle un parti trop centralisé, des équipes désorganisées, un manque de démocratie... 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« D’abord, je voudrais tout de suite vous rassurer. Tout l’été, La République en marche a continué à travailler. » Lors de sa conférence de presse de rentrée le 14 septembre, le délégué général de La République en marche (LREM) Christophe Castaner a voulu d’emblée tordre le cou à « la petite musique mortifère » qui voudrait faire passer le mouvement fondé par Emmanuel Macron comme déjà moribond, délaissé par ses militants et pas encore structuré.