A Saint-Denis, «on est en état de guerre!»

Par et

Centre-ville bouclé, transports en commun suspendus, écoles fermées... Mercredi 18 novembre, la ville de Saint-Denis a vécu en état d’urgence pendant plusieurs heures. Les rares habitants qui erraient dans les rues ont fait part à Mediapart de leur peur, de leur colère, mais aussi de leur sentiment d’abandon.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La flèche de la basilique, le musée de la Légion d’honneur, la maison de la jeunesse, le centre commercial… C’est bien le cœur de Saint-Denis, familier des commerçants et des clients du marché, le plus gros de tout le département. Mais il ne se ressemble pas, en ce mercredi 18 novembre, vers 9 heures du matin. Le silence recouvre tout, parfois brisé par une sirène de police. Peu de passants dans les rues. Discussions à voix basse.