À Boulogne-Billancourt, l’UMP vit «une situation dramatique»

Par

Avec un maire sortant visé par la justice et des ténors de l'UMP qui défilent pour soutenir le candidat dissident, la deuxième ville d’Île-de-France est de nouveau le théâtre de la pagaille qui règne dans le département des Hauts-de-Seine et se répercute sur les instances nationales du parti.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est presque devenu une tradition. À Boulogne-Billancourt, dans le département des Hauts-de-Seine si cher à la « Sarkozie », chaque nouvelle élection rime avec division. À peine remise de la bataille qui opposa Claude Guéant et Thierry Solère lors des législatives de 2012, la deuxième ville d’Île-de-France est de nouveau le théâtre d’un duel droite contre droite dans le cadre des municipales de mars. Après Neuilly, elle illustre à son tour la pagaille qui règne dans le « 9-2 » depuis 2008. Entre dissidences, jeux d’influences et spectre des affaires.