Laïcité, voile: la Cour de cassation condamne Baby-Loup

Par

La Cour de cassation vient d'annuler le licenciement d’une salariée qui avait été renvoyée d’une crèche au motif qu’elle portait un voile. Cette décision est l’occasion de rappeler le droit en matière d’application du principe de laïcité en France.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Par un arrêt rendu mardi 19 mars 2013, la Cour de cassation annule le licenciement d’une salariée qui avait été renvoyée d’une crèche au motif qu’elle portait un voile – non pas un niqab, mais un foulard couvrant ses cheveux et laissant voir son visage. Dans un contexte de stigmatisation des femmes revêtant le hijab, cette décision (la lire dans son intégralité) est éminemment symbolique car elle marque l’épilogue – provisoire ? –  de plus de quatre années de procédure judiciaire et de polémique. Elle est l’occasion pour la chambre sociale de la haute juridiction de rappeler le droit en matière d’application du principe de laïcité en France.