«À l’air libre», épisode 2: des détenus et de possibles malades témoignent

Au programme : des témoignages de détenus, la justice à l’arrêt, un détour par Londres, le droit de retrait et des témoignages de « cas suspects ». En accès libre.

Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

Jeudi 19 mars, nous sommes toujours confinés. Mais pas l’info, pas la parole – surtout pas, bien au contraire. Mediapart continue d’ouvrir son studio virtuel à celles et ceux qui veulent témoigner de cette situation hors du commun. 

Voici le deuxième épisode de notre émission « À l’air libre ».

© Mediapart

  • Au programme

La justice continue-t-elle d’être rendue sous coronavirus et comment ? Les détenus sont-ils protégés du risque sanitaire ? Antton Rouget a recueilli le témoignage de plusieurs d’entre eux. Michel Deléan fait le point sur la façon dont le monde judiciaire et carcéral gère cette crise (à lire aussi ici). L’avocat Raphaël Kempf est notre invité pour en discuter.

Comment la Grande-Bretagne se prépare-t-elle à la vague de coronavirus ? À quoi ressemble le confinement à l’anglaise ? Amandine Alexandre, correspondante de Mediapart à Londres, raconte la vie des Britanniques sous coronavirus (à lire aussi ici et )

Peut-on exercer son droit de retrait et comment ? Mathilde Goanec donne la parole à un salarié. 

Comment les « cas suspects » vivent le confinement ? Mathieu Magnaudeix interroge Elsa, 40 ans, non testée mais présentant des symptômes et Nathan de Arriba, 28 ans : il vit aux Pays-Bas où il a décidé de s’auto-confiner bien que le pays n’ait pas officiellement mis en place le confinement car lui aussi est immunodépressif. 

Dans ce presque chaos jonché de fake news, comment rassurer ceux qui angoissent ? Le docteur Denis Macé, pharmacien dans le Maine-et-Loire, témoigne de l’inquiétude des clients qui défilent dans sa pharmacie.

Enfin, il est aussi permis, voire conseillé, de rire. La stand-uppeuse Laura Demenge débarque sur Mediapart et Usul et Cotentin d’Ouvrez les guillemets lancent leur premier journal des confinautes.

Bonne émission !

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous