L'état d'urgence prolongé jusqu'au 26 juillet

Par

Pour la troisième fois, le Parlement a voté la prolongation d'un état d'urgence. Motif mis en avant par le gouvernement : l'Euro 2016 et le Tour de France. Le président de la commission des lois a mis en garde contre un détournement de procédure.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Un total de 3 579 perquisitions administratives menées en sept mois, pour 557 infractions constatées, 420 interpellations et, au bout du compte, 67 peines prononcées dont seulement cinq pour des actes de terrorisme. Voilà, en quelques chiffres, le bilan de l’état d’urgence que les députés ont prolongé, jeudi 19 mai, pour une nouvelle période de deux mois à compter du 26 mai.